ladepecheLescure - Villefranche 22-32 - Mi-temps : 0-18.
Lescure : 4 essais Davey (58e), Martinez (70e), Salacroup (73e, 79e), 3 transformations Gauci (58e, 70e, 73e).
Villefranche : 6 essais Madani (14e, 32e), Yèche (19e), Ugaïa (44e), Portal (53e), Taurin (55e), 4 transformations Rodriguez (14e, 19e, 32e, 55e).

À Lescure, on savait que la venue de Villefranche-de-Rouergue, leader, ne serait pas une sinécure. Malgré un premier quart d’heure dense, mais équilibré, le match devenait, au fil des minutes, un long chemin de croix pour les locaux : trois essais encaissés en première mi-temps (0-18), trois autres dans le premier quart d’heure de la seconde, pour un cinglant 0-32…

Des visiteurs au jeu allègre, inspiré, aux individualités percutantes. Gohon mettait les défenseurs locaux au supplice ou carrément sur le "cul", en jouant, avec bonheur, aux autos tamponneuses. L’ouvreur Madani excellait à distribuer le jeu, tant à la main qu’au pied : chacune de ses interventions a fait mal, et il a trouvé par deux fois le chemin de l’en-but tarnais. De son côté Ugaïa a toujours mis la ligne de défense en danger. Mieux, à la 44e, il sauve acrobatiquement sur sa ligne un ballon tapé à suivre par les Minotaures, et va pointer en coin un essai de 100 mètres sur l’aile droite dégarnie des Lescuriens.

Contre toute attente, le jeu de Villefranche devient plus friable à l’heure de jeu, et permet à Lescure d’empocher le point de bonus défensif. David Collado, l’entraîneur de Villefranche, se méfiait de cette confrontation, mais son équipe a montré de très belles dispositions une heure durant.

La Dépêche du midi


Article La Dépêche du Tarn

Lescure a frisé la correctionnelle

LESCURE 22 – VILLEFRANCHE-DE-ROUERGUE 32
Pour Lescure-Arthès XIII : 4 essais Davey 58è), Martinez (70è), Salacroup (73è, 79è) ; 3 transformations Gauci (58è, 70è, 73è). Villefranche Aveyron XIII : 6 essais Madani (14è et 32è), Yèche (19è), Ugaïa (44è), Portal (53è), Taurin (55è) ; 4 transformations Rodriguez (14è, 19è, 32è, 55è).
Lescure-Arthès XIII : Davey, Sedda, Ricard PJ, Thomas, Delbarre, Martinez, Denis, Salacroup, Bernard, Fontrouge, Gauci, Boudou, Cousinié, Dias, Bertolas, Darnac, Tuzik.
Villefranche Aveyron XIII : Teulade, Portal, Fortet, Taurin, Jimenez, Rodriguez, Madani, Magna, Amans, Yèche, Gohon, Ugaïa, Roux, Lafon, Bouscayrol, Sournac, Renaud.

On savait que la venue de Villefranche de Rouergue, leader, ne serait pas une sinécure. Malgré un premier quart d’heure dense, mais équilibré, le match devenait, au fil des minutes, un long chemin de croix pour les locaux : trois essais encaissés en première mi-temps (0-18), trois autres dans le premier quart d’heure de la seconde, pour un cinglant 0-32...Des visiteurs au jeu allègre, inspiré, aux individualités percutantes. Gohon mettait les défenseurs locaux au supplice ou carrément sur le cul, en jouant, avec bonheur, aux autos tamponneuses. L’ouvreur Madani excellait à distribuer le jeu, tant à la main qu’au pied : chacune de ses interventions a fait mal, et il a trouvé par deux fois le chemin de l’en-but tarnais, tout d’abord sans opposition à la 14è, après un simple contre-pied, puis à la 32è où, revenant à l’intérieur, on lui sert un caviar qui lui permet de pointer entre les poteaux. De son côté Ugaïa a toujours mis la ligne de défense en danger. Mieux, à la 44è, il sauve acrobatiquement sur sa ligne un ballon tapé à suivre par les Minotaures, et va pointer en coin un essai de 100 mètres sur l’aile droite dégarnie des Lescuriens.
Et Lescure, dans tout ça ? Après un bon premier quart d’heure, ce furent ballons tombés à l’impact, coups de pied à suivre trop longs pour mettre l’adversaire en danger. À la 44è, pourtant, Cousinié perce, tape à suivre : l’action est belle, mais conduit, comme on l’a vu plus haut, à l’essai en contre de Ugaïa. Contre toute attente, le jeu de Villefranche devient plus friable à l’heure de jeu, et Davey conclut en coin (6-32). Dans les 10 dernières minutes, Martinez, puis Salacroup par deux fois, permettront d’arracher, à la dernière minute, le point de bonus défensif. Pourtant, que de lacunes avons-nous vu, notamment sur le dernier essai Villefranchois où Gohon s’ouvre la porte entre deux défenseurs comme dans du beurre, et où Taurin n’est que caressé par trois fois par des défenseurs qui reviennent à la hauteur. C’est criard : chez les locaux, il y a des joueurs à court d’entraînement, qui jouent sur courant alternatif, et qui n’ont ni les jambes ni les bras pour être efficaces. Dans ces conditions, pas de miracle…

Michel Frejabise

Les Minotaures ont souffert face au leader./Photo DDM Emilie Cayre