ladepeche Fondé en 1950, le club s’apprête à jouer sa neuvième finale. Malgré les difficultés pour attirer des licenciés, les Loups résistent, grâce à l’implication de ses bénévoles, dirigeants et joueurs. La culture des matchs à enjeux, le club Villefranche XIII l’a inscrite dans son ADN. Après plus de 70 ans d’existence, les Loups vont fouler la pelouse, ce dimanche, pour une neuvième finale.

Un exploit d’autant plus remarquable que les Loups se trouvent excentrés par rapport au bassin du rugby à XIII, qui se trouve dans l’Aude et les Pyrénées-Orientales, notamment à Perpignan. Un modèle unique dans l’Aveyron. Le club a été fondé en 1950. Cette année-là, en janvier, un match du XV de Villefranche contre Toulouse Cheminots Marengo va précipiter l’histoire du XIII. Après un essai litigieux accordé par l’arbitre, ce dernier est bousculé et décide de siffler la fin de la partie. Le stade est sanctionné par une interdiction de recevoir des rencontres. Un mois plus tard, les dirigeants villefranchois décident de monter le club des Loups.

Un club familial
Depuis, l’histoire se poursuit, malgré quelques périodes difficiles. Mais le club résiste. « C’est notamment grâce à l’implication de tous les dirigeants qui se sont battus, au fil des générations. Tous ont été motivés par la passion pour ce sport. Chez les Loups, c’est l’esprit de famille et de convivialité qui prime », témoigne Régine Dien, fidèle parmi les fidèles. La bénévole est dans le club depuis 40 ans et le connaît comme sa poche. « J’étais gamine et j’allais voir les matchs avec mes oncles. Depuis, je n’ai pas lâché. »

« L’amour du maillot »
« C’est un club solidaire et uni. On a de la chance d’avoir tous ces bénévoles qui s’impliquent pour faire vivre cette structure », souligne Christopher Lafon. Le joueur de 33 ans est le doyen de l’équipe sénior actuelle. Il porte le maillot depuis 2008 et était présent en 2009, quand le club a gagné le championnat national, pour remonter en Élite 2. « Ici, on y apprend l’amour du maillot. On ressent cette fraternité et l’ambiance associative. » Pour autant, la structure reste fragile. Le rugby à XIII attire moins les jeunes que le XV, qui jouit des bonnes performances du Stade Toulousain, comme vitrine régionale. Au total, l’école de rugby des Loups compte près de 90 licenciés. En U15, l’équipe a dû faire une entente avec Cahors pour remplir son vestiaire. « Le covid nous a fait beaucoup de mal. On a perdu de nombreux joueurs, et notre équipe réserve », souligne Sébastien Marty, l’un des trois coprésidents.

Attirer les jeunes
Après leur baccalauréat, beaucoup de jeunes s’en vont faire leurs études ailleurs, notamment à Toulouse. Cette année, quatre joueurs de l’équipe une font les allers-retours pour les entraînements et les matchs. Un investissement motivé par la passion, mais qui reste contraignant. Cette finale pourrait ainsi contribuer à améliorer la dynamique. Pour la demi, pas moins de 1 000 supporters villefranchois se sont rendus au match pour acclamer les Loups. Parmi eux, certains adolescents pourraient être tentés par le XIII, et jouer les futures finales des Loups.

Une académie pour les jeunes
En 2021, le club a créé l’Académie des Loups, avec pour objectif « d’offrir à tous ceux qui le désiraient de tendre vers la pratique du rugby XIII de haut niveau ». Actuellement, ils sont entre six et quinze dans cette structure, qui monte en puissance, notamment depuis la fin de la crise covid. « Côté rugbystique, tout un travail individuel a été mis sur pied autour de la technique individuelle et du développement physique », indique le club. Les collégiens ont trois entraînements scolaires et un suivi scolaire approfondi, assuré par l’enseignant Gilles Fleuret. « L’aspect médical joue un rôle primordial sous la conduite d’un médecin du sport chargé du suivi et des kinésithérapeutes du club. » De quoi assurer un avenir prometteur pour ces jeunes joueurs passionnés.

Palmarès des Séniors
1962 : Champion de France de Fédérale 1992 : Champion de France groupe B 1999 : Champion de France Elite 2 2009 : Champion de France DN 1 2017 : Champion de France Elite II

Vers l’Elite 1 ?
Si les Loups gagnent leur match ce week-end, ils auront la possibilité de monter en Elite 1. En 2017, le club avait préféré temporiser et rester en Élite 2. “Le haut niveau demande plus de budget et plus de joueurs. Cela demande de l'exigence, ce qui est déjà le cas en ce moment. Mais chez nous, tous les gars travaillent et beaucoup ont une vie de famille, c’est parfois difficile d’accorder le tout”, analyse Sébastien Marty, un des trois coprésidents. “Si on monte cette année, on regardera cela de plus près. Il nous faudrait 8 à 10 joueurs de plus. Mais on n’en est pas encore là. On reste concentré sur cette finale”.

Benoît Donnadieu

La dernière finale, remportée en 2017.

La dernière finale, remportée en 2017.

“C'est un club solidaire et uni

“C'est un club solidaire et uni", réagit Christopher Lafon, au club depuis 15 ans.

Le club a mis en place une académie pour accompagner ses jeunes. Ici, les U15.

Le club a mis en place une académie pour accompagner ses jeunes. Ici, les U15.