ladepecheToujours autant de visiteurs sur le site du foirail de La Madeleine pour le vide-greniers lançant la journée «bœuf à la broche». Et même si le nombre d’exposants était moins important que lors de la 10e édition, le choix d’objets insolites ou utiles était fort important. Ainsi, de la lampe d’antan aux poupées de porcelaine, juchées sur leur stand, telles les Quatre Mousquetaires, il y en avait pour tous les choix et toutes les bourses. Ainsi, tout le long de la journée, le défilé entre les stands ne s’est guère interrompu…

Belles voitures Dans la foulée, suivit la présentation des belles voitures ! Que d’admirateurs drainent-elles derrière elles ! Dès qu’elles apparaissent, les passionnés se pressent tout autour et les commentaires vont bon train. Et à ce petit jeu-là, il faut dire que deux modèles exposés cette année ont fait mouche. Voiture au nom prestigieux, la Cadillac a eu un énorme succès : sortie en 1960, elle a une ligne sans défaut avec ses 5,71 mètres de long pour une largeur de 2,03 mètres ! Tout près d’elle, la Matador n’a pas été en reste (avec un tel nom, difficile de passer inaperçu !). Conçue en 1976, elle peut accueillir sept personnes et consomme de 18 litres à 20 litres d’essence aux 100 kilomètres…

La belle bête Affichant quelque 440 kilogrammes sur la broche, la «bête» aurait pu poser quelques problèmes à la cuisson pour le commun des mortels mais comme à son habitude, le maître es cuisson à la broche Genso a maîtrisé son sujet pour le plus grand plaisir des convives. À l’heure H, la salers était cuite à point et pouvait être livrée à la furia des couteaux des bouchers. Les bouchers ont découpé, désossé et tranché cuisses, côtes ou autres parties de la bête ! Après cela, il ne restait plus qu’à passer à table pour savourer à pleines dents ce mets unique.

On y danse Avec une fréquentation égale à celle de l’an passé, la satisfaction était de mise du côté des responsables de Villefranche XIII Aveyron, une satisfaction confortée par l’excellente ambiance qui a régné sous le foirail de la Madeleine. Habillés aux couleurs du club, rouge pour les filles, bleu pour les garçons, les serveurs ont été aux petits soins des convives et ont apporté leur bonne humeur.
Quant à l’orchestre David Corry, dès les premières notes, il a réussi la gageure de mettre tous les danseurs sur la piste. Alliant qualité musicale et dynamisme communicatif, celui-ci a entraîné jusqu’à tard dans la nuit les amoureux de paso, valse ou autre pas de deux.

Alain Dintilhac

http://static.ladepeche.fr/content/media/image/zoom/2013/08/21/201308211285-full.jpg

Beaucoup de visiteurs tout au long de cette journée sous le foirail de la Madeleine./Photo DDM, A. D.