ladepecheLe leader Villefranche reçoit son dauphin catalan d’Ille-sur-Têt, cet après-midi à 15 heures. Le remake de la finale perdue par les Aveyronnais, en mai dernier.
Cinq mois et demi. Voilà ce qui sépare la finale 2022-2023 d’Élite 2, entre Villefranche-de-Rouergue et Ille-sur-Têt, et leurs retrouvailles du jour, à l’occasion de la 6e journée de cette même compétition, cet après-midi. Et ce, même si les Catalans avaient gagné, grâce à leur succès 25-18 lors de ce match, le droit d’accéder à l’échelon supérieur. Ceux-ci ayant finalement refusé leur accession, pour des raisons financières.
"Les joueurs gardent cette finale dans un coin de la tête"

L’occasion est donc venue aujourd’hui pour les Villefranchois de se rattraper plus tôt que prévu. Car forcément, ce cruel revers du 21 mai est encore présent dans les mémoires aveyronnaises. "Je sens que les joueurs sont passés à autre chose, mais qu’ils gardent cette finale perdue dans un coin de la tête. Quand on est joueur, c’est toujours difficile", détaille l’entraîneur des Loups, David Collado. Ce dernier assure toutefois que personne n’a développé de sentiment de revanche dans le groupe : "Je n’ai pas ce discours-là déjà. Je sens l’excitation des joueurs de faire un gros match. Ils savent qu’il va falloir être prêt et au rendez-vous. Je leur ai dit que c’était une nouvelle saison, que le passé, c’est le passé. C’est un nouveau départ, un nouveau championnat, il n’y a pas d’esprit de revanche à avoir."
Une victoire à Carpentras en guise de montée en puissance

Si, cette fois, Villefranche-Ille n’est pas une finale, l’affrontement aura tout de même des allures de duel au sommet. Il faut dire que le premier d’Élite 2 reçoit le deuxième (seuls les deux points de pénalité infligés aux Catalans à la suite de leur non-participation au tournoi de rugby à 9 de présaison les séparant au classement ce matin), et que les deux formations comptent quatre victoires en autant de rencontres cette saison. Les seules équipes encore invaincues. Une série de succès que les Loups ont poursuivie le week-end dernier chez l’actuel troisième, Carpentras (6-20). Une prestation référence pour Collado et ses ouailles. "Ça a été un gros match face à une équipe très difficile à jouer chez elle", argumente le coach. La meilleure préparation possible pour la réception d’Ille-sur-Têt. "Ce match nous a permis de monter en puissance. À Salon, le week-end avant, on n’avait pas été trop disciplinés. Alors que là, à Carpentras, les joueurs ont su élever leur niveau."

Par rapport au mois de mai, Villefranche retrouvera cet après-midi une équipe catalane quelque peu différente. Ces derniers ayant été actifs sur le marché des transferts cet été, en recrutant, notamment, deux joueurs en provenance d’Élite 1 : Thomas Dimon (ex-Saint-Estève) et Olivier Ruiz (ex-Pia). Pas de quoi non plus chambouler un effectif bien rodé, et fort de ses hommes d’expérience, tels que les anciens des Dragons catalans (Super League), Rémy Marginet, Thibaut Margalet, et le capitaine Nicolas Burghoffer. "Comme nous, c’est une équipe qui a gardé ses qualités et qui a encore une marge de progression d’ici la fin de saison. Et puis elle doit digérer son titre. C’est positif, mais ce n’est pas toujours évident", rappelle David Collado. Rendez-vous, donc, aujourd’hui sur le pré pour savoir qui des deux est le mieux reparti de l’avant après cette finale !

Cinq mois après la finale perdue, Ugaia et les Aveyronnais auront à cœur de se rattraper face à Ille-sur-Têt, aujourd’hui.

Cinq mois après la finale perdue, Ugaia et les Aveyronnais auront à cœur de se rattraper face à Ille-sur-Têt, aujourd’hui.